ambiance

Restaurations orgues


 

 

 


L'orgue Curt Schwenkedel de l'ancien Conservatoire de Strasbourg trône désormais sur la tribune de la chapelle du Collège Episcopal St-Etienne de Strasbourg

 

 Un lien pour visionner, en mode accéléré, le montage de l'orgue :  https://www.youtube.com/watch?v=-bs4b57IOj8

 

 Photos JP Lerch

     

 L'orgue Schwenkedel au Conservatoire                  Nouvelle console équipée d'un combinateur

 

 

 


Le relevage de l'orgue Jean-André Silbermann de l'église protestante de Gries (67) est achevé

L'inauguration a eu lieu lors d'un FESTIVAL d'ORGUE les 15 et 16 octobre 2016 avec la participation de 8 concertiste et de 4 ensembles musicaux

 

 

Photo : Site internet : decouverte.orgue.free.fr

 Composition

Manuel 49 notes
 Pédale 27 notes
  
 Bourdon 8'
 Soubasse 16'
 Prestant 4'
 Octavebasse 8'
 Flûte 4'
 Prestant 4'
 Nasard 2' 2/3
 
 Doublette 2'
 
 Tierce 1' 3/5
 
 Sifflet 1' (B/D)
 
 Fourniture 3 Rgs
 
 Cymbale 2 Rgs
 
 Cornet 4 rgs
 

 


 Restauration/reconstruction de l'orgue Silbermann de l'église Saints-Pierre-et-Paul de Eschentzwiller (68)

Orgue Jean-André Silbermann de 1738/1746

 

 

 

 

      


 

L'ensemble des travaux  a été réalisé dans la plus pure tradition de la facture Silbermann, en stricte copie. Une très grande importance a été sera accordée à la recherche, afin d'éviter au maximum les erreurs de lecture des éléments qui nous sont transmis.

Le buffet, comportant de nombreux éléments Silbermann, a été remis dans sa configuration d'origine. 

Composition  :

I Positif de dos
49 notes, C-c’’’
II Grand-orgue
49 notes C-c’’’
 III Echo
25 notes c’-c’’’
Pédale
25 notes C-c’
 
Bourdon 8'Bourdon 8'Bourdon 8’Octavenbass 8’
Flûte 4’

Prestant 4'Prestant 4’
Trompette 8’
Quinte 2 2/3Flûte 4’Cornet 3rgs 
 
Doublette 2
Nazard 2 2/3  
Tierce 1 3/5Doublette 2'  
Trompette de récit 8’ c’-c’’’Tierce 1 3/5  
 Cornet 5 rgs
  
 
Fourniture 3 rgs
  
 Cromhorne 8 B+D entre h et c’  

Accouplement I/II à tiroir - Tremblant doux - Tremblant fort

 

 


Relevage de l'orgue de l'église protestante de Bouxwiller - 2015 -

Jean-André Silbermann, 1718

  

Photo JP Lerch

 

Positif de dos 51 notes Grand Orgue 51 notes  Pédale 27 notes 
 Bourdon 8'Bourdon 16' Soubasse 16' 
 Prestant 4'Montre 8' Octavebasse 8' 
 Flûte à cheminée 44Bourdon 8' Prestant 4' 
 Nasard 2' 2/3Prestant 4' Fourniture 4 rgs 
 Doublette 2'Nasard 2' 2/3 Bombarde 16' 
 Tierce 1' 3/5Doublette 2' Trompette 8' 
 Fourniture 3 rgsTierce 1'3/5 Clairon 4' 
 Cromorne 8'Sifflet 1' (B+D) II/P 
  Cornet 5 rgs (D) 
  Fourniture 3 rgs 
  Cymbale 3 rgs 
  Trompette 8' (B+D) 
 Voix humaine 8'  
 I/II (tiroir)  

 

Ce travail a consisté, essentiellement, en une intervention de sauvegarde de la tuyauterie  qui était fortement corrodée.

Les mélanges de vapeurs de tanin et de colle blanche sont tellement corrosifs que nous avons été amenés à changer tous les postages.

Cet instrument a fait l'objet d'une restauration menée par Alfred Kern en 1968. Cette restauration reste tout à fait remarquable pour cette époque.

Nous souhaitions conserver scrupuleusement l'orgue, tel qu’Alfred Kern l'avait réalisé. Il n'a pas question de dérestauration ou de revenir sur des choix d'harmonie, que les avancées des connaissances organologiques auraient pu justifier.

 

 

Restauration de l'orgue de Sainte Aurélie à Strasbourg - 2015 -

André Silbermann, 1718

               

Photos JP Lerch

 

Le remontage de l'orgue à l'église Ste Aurélie est terminé. 

L'harmonie est en cours.

Nous savions que cet instrument était le plus germanique des Silbermann conservés. Les jeux actuellement en place (3/4 de l'orgue) nous permettent de mesurer à quel point cet orgue est allemand.  C'est le seul instrument conçu dès l'origine par André Silbermann, pour les protestants, qui soit encore conservé. Nous ne pouvons qu'être surpris par une forte impression d'être en Saxe, ainsi que par la grande puissance de cet instrument. Nous retrouvons ici, les caractéristiques de Gottfried Silbermann.  L'orgue devait "transpercer l'assemblée" avec le plein jeu. Nous pouvons en déduire, qu'en raison du choix atypique des largeurs de bouches dans l'œuvre de Silbermann, qu'à Sainte-Aurélie l'assemblée était grande et devait probablement chanter fort.

Environ une moitié des tuyaux d'origines est conservée. 

 

Composition  :

I Positif de dos

49 notes C à c'''

II Grand Orgue

49 notes C à c'''

Pédale 

27 notes C à d'

 Bourdon 8'

 Bourodn 16'

45 notes E à c'''

 Supbass 16'

tuyaux bouchés

 Prestant 4'
 Montre 8'
 Octavenbass 8
 Nazard 2 23
 Bourdon 8'
 Trompette 8
 Doublette 2
 Prestant 4'
 
 Tierce 1 3/5

 Flute 4'

C à cs' à cheminée

d' à c''' conique

 
 Fourniture 3rgs
 Quinte 2 23
 
  Doublette 2
 
  Tierce 1 3/5
 
 

 Cornet 5 rgs

25 notes c' à c'''

 
  Fourniture 3 rgs
 Accouplement I/II
  Cymbale 3 rgs
 Tirasses II mobiles
  Voix humaine 8
 Tremblant doux

 Diapason : 460 Hz

 

 


Relevage de l'orgue de la basilique Notre Dame de Marienthal (67)  - 2015-

Orgue Schwenkedel 1962

 

 Photo de N. Haslé


Nous nous sommes passionnés pour cet instrument. Ce relevage a permi la sauvegarde d'un instrument clé dans la redécouverte de l'orgue baroque.

Bon nombre d'organistes français auront pu entendre cet orgue lors des fameuses master-classes de Michel Chapuis.
Nous avons installé un combinateur performant à cet instrument et corrigés quelques inégalités d'harmonie. Fidèle à notre habitude, lorsque l'instrument est intéressant et un témoignage important, nous avons respecté son harmonie, comme nous avons pu le faire à St Pierre le Jeune.

Le remontage de l'orgue est terminé.  

Composition actuelle :

Positif de Dos
54 notes
Grand-Orgue
54 notes
Récit expressif
54 notes
Pédale
30 notes

 
Bourdon 8'Bourdon 16'Gemshorn 8'
Soubass 16’
Prestant 4’

Montre 8'
Unda maris 8'
Grosse quinte 10'2/3
 Bourdon conique 4'
Bourdon 8' Quintadon 4' Flûte 8'
 
Nasard 2' 2/3
Prestant 4'
 Flute 2' Quinte 5 1/3
Doublette 2'Flûte à cheminée 4' Sifflet 1'
 Octave 4'
Tierce 1'  3/5 Doublette 2" Cornet 5 rgs
 Flûte 2'
 Larigot 1' 1/3
Fourniture 4 rgs
 Cymbale 3 rgs
 Fourniture 4-6 rgs
 Cymbale 4 rgs

Sesquialtera 2 rgs
 Douçaine 16' Bombarde 16'
 Cromorne 8'
Cymbale-Tierce 3 rgs
 Trompette 8'
 Trompette 8'
 Régale 4'
 Trompette 8' (en chamade)
 Clairon 4'
 Clairon 4'
 Zimbelstern5 tons

 Clairon 4'

(en chamade)

 Voix humaine 8'
 Régale 2'

 Tremblant doux

III/I

 Seconde Trompette 8'

I/II

III/II

 Tremblant doux

 I/P

II/P

III/P

 

 


  Remise en fonction de l'orgue de Notre Dame de Casablanca. -2014-

A titre bénévole, Quentin Blumenroeder a consacré une partie de ses vacances d'été à remettre en état de jeu, avec l'aide du titulaire, l'orgue de Notre Dame de Casablanca. 

Cet instrument est très attachant, avec une belle facture attribuée à Cavaillet Coll, mais probablement d'un autre facteur du 19è siècle. Il possède un magnifique choeur d'anches ( 5 jeux).

Son état est très préoccupant avec une attaque importante de xylophages, de nombreux emprunts et soufflures et une couche de poussière hallucinante. 

Nous avons bon espoir que cet première intervention qui le rend jouable et qui donne un aperçu des qualités musicales de l'instrument, débouche un jour sur un travail en profondeur sur cet instrument.

Des concerts sont déjà prévus, le premier le 24 septembre avec son titulaire Amine Hadef et l'orchestre philarmonique du Maroc. 

 

 

 Barre d'adresse de Guetton Dangon qui sont les facteurs qui ont transférés l'instrument au sacré coeur de Casablanca. Etant connus comme tuyautier il est probable qu'ils ne soient pas l'auteur de cet instrument d'une 20aine de jeux très bien réalisés. 

 

 


  Relevage du Grand Orgue de Saint Pierre Le Jeune à Strasbourg, juillet 2014.

Ce relevage qui peut être apparenté à une restauration, a été mené dans le but de conserver l'orgue enregistré par Helmut Walcha.

Nous avons restauré, avec autant de précaution que s'il s'agissait d'un Silbermann, cet orgue construit en 1950 par la Maison Muhleisen et revu en 1966 par Alfred Kern. Nous avons conservé l'intégralité des éléments musicaux de l'instrument, y compris la mécanique et la console. Nous sommes heureux d'avoir contribué à la sauvegarde d'un des plus beaux instruments de la re-découverte de l'orgue baroque. De plus, il est le premier instrument français de taille importante à être construit après guerre. Gageons que ce témoin plein de charme et de poésie perdure et ne soit sacrifié au nom de la mode. 

La seule modification que nous ayons apportée est au niveau du combinateur électro pneumatique à étoiles qui présentait une surcharge importante sur le buffet Silbermann et sur le jubé. Nous avons installé un nouveau système complet en conservant l'ergonomie de la console.

Nous tenons a remercier tout particulièrement les confrères avec qui nous avons collaboré pour ce projet : Pascal Quoirin et son collaborateur Laurent Mesme, Bernard Dargassies et son collaborateur Gaël Coutelier, les différents acteurs de la paroisse qui nous ont accordé une considération hors du commun. Et les organistes, Marc Schaefer et Philippe Reichert qui se sont particulièrement investi dans ce travail. 

 

 

Photos Jean-Paul Lerch

Positif
56 notes
Grand-Orgue
56 notes

Récit Expressif
56 notes
Pédale
30 notes

Bourdon 8 *

Bourdon 16 *

jeu flottant

Bourdon 16

jeu flottant 

Bourdon 32

jeu flottant  

 Montre 4 *  Montre 8 * Bourdon 8
 Flûte 16
 
Nazard 2 2/3
Bourdon 8 *  Prestant 4Soubasse 16
Doublette 2Prestant 4 * Flûte 4Bourdon 16 jeu flottant 
Tierce 1 3/5 Flûte à cheminée 4 Octavin 2 Montre 8 (façade Est)
Cymbale 3 rangsQuinte 2 2/3 Larigot 1 1/3 Flûte 8
 Cromorne 8 Doublette 2Sesquialtera 2rgs
Prestant 4
 Sifflet 1

Cymbale 2 rgsQuarte de Nazard 2
 Cornet 5 rangs *
Trompette 8  Fourniture 4 rgs (3 rangs à la console)
 Fourniture 4 rgs Voix humaine 8Cymbale 2 rgs (3 rgs à la console)
 Cymbale 3 rgs Tremblant (trémolo) 
Bombarde 16
 Trompette 8 Trompette    8
 Clairon 4
 Clairon 4


* jeux contenant des  tuyaux d’origine de Silbermann et de Sauer.
Accouplement Positif / Grand Orgue
Accouplement Récit / Grand Orgue
Tirasse Positif
Tirasse Grand Orgue
Tirasse Récit

Balancier d’expression -Annulateur général - Appels annulateur anches G.O. - Appels annulateur anches pédale - Annulateur G.O. - Combinateur tactile avec espace privé par badge.

 

 

 Restauration de l'orgue Frantz (1811/1812, II/21) de l'église Saint-Etienne à Raedersdorf (68) - 2014-


     

L'inauguration de l'orgue a eu lieu le dimanche 16 février 2014. Cet instrument s'est avéré d'une grande qualité musicale, avec une harmonie à la fois ronde et timbrée. Son timbre tranchant et ses absences d'attaques, rendent cet instrument extrêmement polyvalent. Nous pouvons féliciter les élus et les différents bénévoles investis dans ce projet. 

Composition des jeux :

I

Positif de dos (56 notes, C-g''')

II

Grand-orgue (56 notes, C-g’’’)

Pédale (13 notes, C-c)   

Principal 8’Coppel 16’
Octavbasse 16’
Coppel 8’Principal  8’Octave  8’
Rohrfloete 4’Coppel 8’
Bombard 16’
Nasat  2’ 2/3Spitzflöte 8’
Trompete 8’
Octav 2’Prestant 4’ 
Sifflet/Prestant 1 rgsRohrflöte  4’ 
Basson-Hautbois    8’Quint 2’ 2/3 
 Octave 2'
 
 Terz 1’ 3/5 
 Cornet 5 rgs 
 Mixtur 3 rgs 
 Trompette 8’ BD

 


Accouplement I/II à tiroir
Tirasse II/P
Tremblant doux I
Tremblant fort I et II 


Restauration de l'orgue Walcker de l'église protestante de Soultz-sous-Forêts. - 2012-

Les travaux de restauration sont terminés. Le démontage a eu lieu la dernière semaine d'octobre 2011.

Une série de concerts sont annoncés pour 2013, vous trouverez le détail des festivités autour de l'orgue dans notre rubrique "événements, annonces diverses".

Photo prise par M. Roland Eyermann

 Grand-orgue 56 notes C-g''' Positif intérieur 56 notes C-g''' Récit expressif 56 notes C-g'''  Pédale 30 notes C-f' 
 Bourdon 16' Geigenprincipal 8 Lieblich Gedeckt 16 Contrabasse 16'
 Prinzipal 8' Bourdon 8' Prinzipal 8'  Subbass 16'
 Floete 8' Dolce 8 Konzert-floete 8'  Gedecktbass 16'
 Viola di gambea 8' Traversfloete 4' Aéoline 8' Octavbass 8'
 Prestant 4' Doublette 2' Voix céleste 8' Violoncello 8'
 Floete 4'  Fugara 4'  Posaune 16'
 Gemshorn 4'  Rauschquinte 2 rgs 
 Cornett 5 rgs c'-g'''  Trompete 8' 
 Mixture 4-3 rgs  Oboe 8' 
 Trompete 8'   

Acc. II/I, III/I et III/II en 8'
III/I en 16' et en 4'
Tirasses I/P, II/P, III/P
1 combinaison libre, 2 combinaisons fixes : F et Tutti.
Rouleau de crescendo.
Annulation I.
Annulation anches.
Pédale piano.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Restauration de l'orgue Silbermann du Musée des Arts Décoratifs,
Église Sainte Madeleine à Strasbourg. -2011-


L'harmonie de cet orgue André Silbermann de 1719 est la mieux conservée. Cet orgue fut construit pour le chœur de Marmoutier, conservé en atelier, il fut installé en 1730 chez les sœurs Grises de Haguenau. Il fait actuellement partie des collections du Musée des Arts Décoratifs.
Pour nous, il représente l'une des œuvres majeures en matière d'orgue ancien, parfaitement adapté à l'accompagnement en tout genre, continuo etc...
Après un séjour en poche anoxique début mars 2011, il fut entièrement restauré. C'est le seul instrument des Silbermann Alsacien dont l'intégralité des éléments mécanique est conservée. Seule une petite partie des tuyaux est neuve.
Cet instrument est entièrement fonctionnel, ses sonorités sont extraordinaires, la seule modification que cette harmonie ait subi est la réalisation de quelques grosses dents (2 à 4 tuyaux par Stiehr en 1826). Cet orgue est un témoin extraordinaire de la sonorité et les recherches musicales des Silbermann.

 

Photos de M. Jean-Paul Lerch

Il comprend :
un clavier (49 notes C-c''') avec Bd 8', Pr 4', Nz 2 2/3, D 2', Tierce 1 3/5 neuve, Fourniture 3 rgs, Cromorne 8' BD coupé entre h et c'.

Dessus neuf.
Un dessus de Récit (25 notes, c'-c''') avec Bd 8', Prestant 4', Cornet 3 rgs
Pédale : (13 notes C-c) de Stiehr 1826, Fl 4', Tromp 4. Tirasse permanente. Tremblant doux.

 Travaux de restauration de l’orgue André Silbermann 1719
du Musée des Arts Décoratifs de Strasbourg


Au cours de sa carrière, le facteur d’orgues strasbourgeois André Silbermann (1678-1734) construisit neuf petits orgues, appelés « positifs » car posés au sol. Le positif n° 9, le seul à être parvenu jusqu’à nous, fut commandé en 1719 par l’abbé de Marmoutier, où un grand orgue de Silbermann existait depuis 1710. Ce devait être un orgue de chœur, destiné à jouer de courtes pièces en alternance avec le plain chant des moines. Mais en raison de la « Chalousie » de l’abbé, le marché fut cassé et l’instrument ne fut jamais monté à Marmoutier.
Ce n'est qu’en 1730 qu’ André Silbermann livra finalement cet orgue aux Sœurs grises de Haguenau. Ces religieuses avaient entre autre pour vocation l'enseignement musical des jeunes filles de bonne famille, ce pour quoi elles disposaient de plusieurs instruments (trois clavicordes, un clavecin et bien d'autres petits instruments).
Lorsque les religieuses firent reconstruire leur couvent, c’est le facteur Georg Hladky, de Baden-Baden, qui le remonta dans la nouvelle église et le modifia légèrement.
A la Révolution, le couvent fut fermé et l’orgue fut racheté par la commune de Sessenheim, qui le fit remonter par Hladky dans l’église mixte de ce village. Pour l’adapter à l’accompagnement du chant des paroissiens, le jeune facteur Xavier Stiehr ajouta en 1826 une pédale de deux jeux, et remplaça un jeu et demi.
Lorsque l’église ancienne de Sessenheim fut détruite et remplacée par deux églises neuves, le petit orgue fut vendu à Guillaume Gillig, propriétaire de l’auberge Au bœuf de Sessenheim, qui l’exposa dans son musée privé dédié à Gœthe. Il y reste jusqu’en 1942, lorsqu’il fut racheté par le directeur régional des musées. Transporté en 1947 à Strasbourg, l’orgue fit l’objet d’un début de restauration en 1960 mais resta démonté durant six décennies, dispersé dans plusieurs lieux de stockage. A l’initiative d’Etienne Martin, conservateur du musée des arts décoratifs de Strasbourg, le matériel fut rassemblé dans une mansarde du château des Rohan et inventorié par Marc Schæfer.
Cet instrument est réellement extraordinaire, tant par son auteur célèbre – André Silbermann – que par son état de conservation qui en font l'un des joyaux du patrimoine européen. C’est le seul positif de Silbermann qui soit bien conservé et l’un des très rares orgues de chœur du XVIIIe siècle français à être parvenu jusqu’à nous.

Au cours de sa restauration nous avons pu constater à quel point la réputation de Silbermann était amplement méritée. La conception est extraordinairement rationnelle, tout est accessible malgré un volume très réduit. La sonorité de l'instrument (la mieux conservée des orgues Silbermann) est remarquable et riche d'enseignements. Malgré sa petite taille cet instrument sonne aussi fort et avec les mêmes couleurs qu'un grand instrument de tribune. Nous savions à la lecture de nombreux textes, que Silbermann avait mis au point une manière d'accorder dont il était fier et dont les organistes étaient friands. Lors de cette restauration nous avons pu retrouver cette manière d'accorder.

Ce petit joyau qui n'a plus été en entendu en public depuis 1907, a trouvé place dans un petit écrin : la chapelle gothique de l’église Sainte-Madeleine à Strasbourg. Il s'agit de l’ancien chœur de l’église médiévale, accolé à l’actuelle église Sainte Madeleine.
Le dépôt fait par le musée des arts décoratifs de Strasbourg, permet de donner une dimension liturgique et culturelle à cet instrument et de le rendre accessible aux paroissiens, au public, ainsi que pour des concerts et enregistrements. 
L’avis du facteur sur cette restauration :

Nous tenons, tout d’abord, à remercier M. Christian Lutz, technicien-conseil auprès des Monuments historiques et maître d’œuvre, M. Etienne Martin, Conservateur du Musée des Arts Décoratifs du Palais des Rohan, M. Patrice Vagner, chargé de ce marché à la Ville de Strasbourg, pour la confiance qui nous a été accordée et pour l'opportunité qui nous a été offerte de pouvoir travailler à la restauration de cet instrument.
Nous pouvons également souligner l'implication des membres du comité de suivi qui en plus des personnalités déjà nommées comptait M. Gilbert Poinsot, conservateur des Monuments historiques chargé des objets mobiliers à la DRAC, M. Alain Moster, curé de la paroisse, M. Christian Klipfel, organiste titulaire, et M. Christian Schalck, maître ébéniste à Neubourg et enfin M. Fruleux qui a repris en cours de chantier, le dossier pour le service de la construction de la ville de Strasbourg. A titre amical, M. Marc Schaefer apporta de nombreuses informations, qu’il soit remercié pour son engagement et ses apports.

Il convient également de souligner l'engagement du service des cultes de la ville de Strasbourg qui sous la responsabilité de M. Olivier BITZ, n'ont pas ménagé leurs efforts pour nous faciliter la tâche lors du montage de l'instrument.

Les représentants de la paroisse, avec le Père Moster, M. Turot (président du conseil de fabrique), M. Kern, les relations furent conviviales et efficaces. Cela fut un plaisir de voir combien les responsables de Sainte Madeleine se sont appropriés cet instrument.

La ville de Strasbourg et le Ministère de la Culture, ont montré en finançant cette action, leur attachement au patrimoine et leur rôle indispensable quant à sa conservation et sa redécouverte.
Nous tenons à marquer toute notre gratitude pour l'engagement et l'intérêt dont ils ont su faire preuve. Saluons ici l'engagement de M. Olivier Bitz adjoint aux cultes, qui ne ménagea pas ses efforts pour faire aboutir ce projet et faire en sorte que l’écrin qu’est cette chapelle Sainte Madeleine, soit à la hauteur du joyau qu'elle contient désormais. Saluons également Monsieur Daniel Payot adjoint à la culture, sans qui ce projet n'aurait pu aboutir.


A priori, il n’était pas évident de constater l’excellent état de conservation de l’œuvre, au vu des éléments stockés dans les combles du musée des Arts décoratifs.
Mais en analysant la tuyauterie, on a pris la mesure de l’importance historique et organologique de l’instrument.
Parmi toutes les tuyauteries anciennes que j’ai pu avoir en mains, seuls les tuyaux de l’orgue
Gottfried Silbermann de la Marienkirche de Rötha m’ont semblés être aussi peu modifiés au cours du temps.
 
Malgré de nombreux accidents dans la tuyauterie, nous pouvons constater que ces tuyaux, de même que l'ensemble de l'instrument, ont été miraculeusement conservés quant à leur esthétique sonore.

Le maximum de précautions ont été prises pour conserver ce patrimoine.

Nous avons temporairement et volontairement oublié le rôle premier d’un instrument de musique (favoriser le rendu sonore) pour privilégier le caractère organologique de l’objet. Ceci est d’autant plus justifié que l’instrument fait partie des collections du Musée.
Nous avions envisagé de mettre en conservation certains éléments que nous pensions ne pas devoir remettre en fonction. La question s’est posée notamment pour les claviers et les poulies de pompage. Mais au cours de la restauration et en concertation avec le comité de suivi nous avons décidé de remettre en état de jeu l'intégralité des éléments de l'instrument.

Sans aucun doute, en ne modifiant aucun des paramètres organologiques, le résultat musical a été remarquable,  ce qui ouvre des perspectives nouvelles dans la connaissance de la facture d'orgues de cette période, en particulier des Silbermann. 

 



Relevage du Grand Orgue de l'Eglise SAINT SEVERIN à PARIS. (Réalisation en 2011)


Ce relevage complet a été réalisé en collaboration avec la Manufacture Thomas (Belgique).
Les tuyaux à bouches ont été égalisés par Dominique Thomas et Quentin Blumenroeder.

et les anches par Jean-Marie Tricoteaux.
Le trio : TTB !

Ce fut un grand plaisir de travailler en collaboration avec ces grands hommes que sont Dominique Thomas et Jean-Marie Tricoteaux. Nous savions que cet instrument était magnifique, mais nous ne pensions pas qu'après suppression des nombreuses fuites et une égalisation, le résultat serait si remarquable.


Les deux photos sont de Christoph Frommen

 Positif 56 notes

Grand-Orgue 56 notesRésonance 56 notes
Echo expressif 56 notesPédales 30 notes
Montre 8'Montre 16'Bourdon 16'Bourdon 8'Flûte 16'
Bourdon 8'Montre 8'Qunintation 8'Viole de Gambe 8'Soubasse 16'
Prestant 4'Flûte conique 8Bourdon à cheminée 8Unda Maris 8Principal 8'
Flûte à Cheminée 4'Prestant 4'Flûte conique 4'Principal 4'Bourdon 8'
Nasard 2 2/3'Doublette 2'Grosse Tierce 3 1/5Flûte à fuseau 4'Principale 4'
Doublette 2'Cornet VNasard 2 2/3Doublette 2'Cor de Nuit 2
Tierce 1 3/5Fourniture VQuarte 2'Quarte 2'Fourniture V
Larigot 1 1/3Cymbale IVTierce 1 3/5Sifflet 1Cymbale IV
Plein jeu V-VICymbale-Tierce IISifflet 1Sesquialtera IIDouçaine 32
Trompette 8'Trompette 8'Cornet VCymbale IV- VBombarde 16'
Cromorne 8'

Clairon 4'

 

Hautbois 8'

 

Trompette 8'

Trompette 8"

 Musette 8'
Voix humaine 8' Bourdon 8'Clairon 4'

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tirasses II, III
Acc. I/II, II/II, II/III, IV/III.
Appels anches I, II, IV, Pédale.
Appels mixtures I,II, IV, Pédale : Pos. 1 appel commun mixt./anche, Go : appel mixt, appel anches, écho :1 appel mixt/anche, Péd : appel mixt, appel anches.
Tremblants I,III
Expression IV.

 

Michel Alabau à l'orgue de Saint Séverin, plusieurs liens sont visibles sur Youtube :

 

http://www.youtube.com/watch?v=DJdEMcgNH70

 

 


Restauration de l'orgue de BERSTETT. (Réalisation en 2011) 

Grand-orgue 56 notes
 Récit expressif 56 notes
 Pédale 30 notes
 Principal 8' Bourdon 8'  Soubasse 16' Jeu d'origine
 Bourdon 8' Prestant 4' Soubasse 16'
 Octave 4' Quinte 2'2/3 Bourdon 8' (Récit)
 Flûte conique 4' Doublette 2'  Choralbass 4'
 Doublette 2' Tierce 1'3/5  I/P
 Fourniture 3 rgs (1') Cymbale 3 rgs (1/2') 
 I/I (4')  
 II/I (16', 8', 4')  

Photos prises avant ou pendant la restauration de l'orgue.

 

Cet instrument, à l'origine de Wetzel, fut tout d'abord très largement transformé par Link en conservant le buffet et de nombreux jeux. Il fut ensuite modifié à plusieurs reprises dans un goût néo-classique.
Il contenait la Mixture Grand Orgue de l'orgue de Sainte-Aurélie de Strasbourg A. Silbermann 1718. Ce jeu a été racheté par la paroisse Sainte-Aurélie, nous en avons réalisé une copie pour Berstett. La pneumatique entièrement révisée, tous les soufflets ronds sous les pistons ont été changés. Aucune modification n'a été apportée à l'harmonie ni au tempérament égal.

 


 

Orgue de Marlenheim (67). (Réalisation en 2011)

Restauration de l'orgue de l'église Sainte-Richarde à Marlenheim.

Grand-orgue 56 notes
 Récit expressif 56 notes Pédale 30 notes
 Bourdon 16' Quintaton 16 Contrebasse 16'
 Montre 8' Diapason 8 Soubasse 16'
 Bourdon 8' Bourdon 8'  Bourdon 16' (Récit)
 Gambe 8' Cor de nuit 8 Bourdon 8'
 Prestant 4' Flûte harmonique 8' Violoncelle 8'
 Flûte à cheminée 4' Salicional 8   Flûte 4'
 Doublette 2' Voix céleste 8  Bombarde 16'
 Fourniture 3-4 rgs Aéoline 8  I/P
 Trompette 8' Flûte pastorale 4' 
 II/I 16' 8' 4 Cor de chamois 4' 
  Nasar 2'2/3 
  Flageolet 2' 
  Larigot 1'1/3 
  Cornet 5 rgs 
  Clarinette 8' 
  Basson / Hautbois 8' 
  Trémolo 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le buffet a été entièrement démonté, scrupuleusement nettoyé, et remonté. Le buffet a été avancé de 30 cm pour permettre une meilleure circulation autour de l'orgue.
L'orgue a été inauguré par un concert le dimanche 6 mars 2011.
Nous remercions M.Marc Schaefer pour ses improvisations qui ont mis en évidence la beauté de chaque jeu.

 

 


 

Orgue Silbermann de Marmoutier. (Réalisation en 2009/2010)


Restauration de l'Orgue Silbermann de l'Abbatiale de Marmoutier
Classé Monument Historique
L'orgue Silbermann (1709) de Marmoutier fait partie des 2 ou 3 instruments les plus prestigieux d'Alsace. Cet instrument est considéré comme l'un des 5 orgues du 18ème siècle les mieux conservés de France, sa réputation est internationale. Nous sommes très heureux que ce travail nous ait été confié, en effet la beauté de l'instrument et l'importance organologique en font une œuvre majeure. Ce travail a été pour nous une très grande évolution car il nous a permis de passer d'une réputation cantonnée à la France, à une réputation internationale. Les techniques qui ont été mises en application sont toutes historiques, nous n'avons employé aucun produit non existant à l'époque. Trois soufflets cunéiformes fac-similés de Stiehr, ont été mis en place fin octobre 2009. Le buffet et la tribune ont été revernis selon les recherches réalisées au Musée de la Villette à Paris.

 

 

Positif de dos, 49 notesGrand-Orgue, 49 notes
Echos 25 notes
Pédalier 27 notes
Bourdon 8'Bourdon 16'Bourdon 8' (sans tirant)Flûte 16'
Prestant 4'Montre 8'Prestant 4'Flûte 8'
Nazard 2'2/3Bourdon 8'Cornet 3 rgsFlûte 4'
Doublette 2'Prestant 4' Bombarde 16'
Tierce 1' 3/5Nazard 2' 2/3 Trompette 8'
Fourniture 3 rgsDoublette 2'  
Cromorne 8'Tierce 1'3/5  
 Cornet 5 rgs  
 Fourniture 3 rgs  
 Cymbale 3 rgs  
 Trompette 8'  
 Clairon 4' (B+D)  
 

Voix humaine 8'

  
 I/II (tiroir)  

 

 

 Photos de J.P. Lerch

 

 

 

 


       


 

Orgue Stiehr de l'église protestante de la Robertsau. (Réalisation en 2010)

Démontage de la tuyauterie, nettoyage du buffet, nettoyage de la tuyauterie en bois, restauration des sommiers du grand-orgue et du Récit, révision de la transmission des notes de jeux, révision de la console et des claviers, vérification de l'alimentation en vent, traitement de l'ensemble, harmonie et égalisation.

Grand-orgue 54 notes
Récit expressif 54 notesPédale 27 notes
Bourdon 16'Principal 8'
Contrebasse 16'
Montre 8'Bourdon 8'Soubasse 16'
Flûte 8'Gambe 8'Flûte 8'
Bourdon 8'Flûte 4'Violoncelle 8'
Salicional 8'Flageolet 2'Prestant 4'
Prestant 4'
Sesquialtera 2 rgs

Ophicléide 16'
Flûte à cheminée 4'Basson/Hautbois 8'Trompette 8'
Nasard 2'2/3 I/P

Doublette 2'
  
Cornet 5 rgs  
Fourniture 4 rgs  
Trompette 8'  

 Photos du site "découverte orgue"

 


 

Orgue Stiehr de l'église protestante de Krautwiller. (Réalisation en 2010)

Démontage, nettoyage du buffet et traitement, restauration des sommiers, révision de la console, révision de la mécanique, nettoyage et mesures de la tuyauterie.

Alimentation en vent, harmonie et accord général.

 

Photo du site "découverte orgue"

Photo de Jean-Paul Lerch.

Etiquette du facteur d'orgues Sauer, 1793.

 

 


Relevage du Grand Orgue Silbermann de Saint-Thomas à Strasbourg. (Réalisation en 2008/2009)


Orgue de Jean-André Silbermann, 1741.
Reconstruit pas Alfred Kern en 1979.
L'orgue de Saint-Thomas est l'orgue le mieux conservé des Orgues Silbermann de Strasbourg (sur les 13).
Jean-André Silbermann comptait l'orgue de St-Thomas, achevé le 8 février 1741, parmi ses plus belles réussites, il le fit visiter à Mozart en octobre 1778.
L'orgue actuel est exactement à l'image de 1741, sauf pour l'écho qui a été supprimé en 1836.
L'orgue fut classé le 24 septembre 1971.

Le relevage de l'orgue de St Thomas fut pour nous la première opportunité d'approcher l'oeuvre des Silbermann.

Nous avons, au cours de ce relevage réalisé une soufflerie neuve avec 2 grands soufflets cunéiformes. C'est aussi sur cet instrument que nous avons utilisé pour la première fois un protocole de traitement des corrosions lié à la colle blanche. Nous avons également repris le toucher, l'harmonie fut scrupuleusement conservée pour les tuyaux à bouches. L'harmonie des anches a été reprise par Jean-Marie Tricoteaux, ce fut l'occasion d'une belle collaboration.  Nous considérons cet orgue comme étant l'un des plus beaux  d'Europe et la première restauration française réussie, menée par le génial Alfred Kern.

 

2ème clavier Grand-Orgue 49 notes
3ème clavier Echo 49 notes
Pédalier 27 notes
1er clavier Positif de dos 49 notes
Bourdon 16'Bourdon 8'Soubasse 16'Bourdon 8'
Montre 8'Salicional 8'Octavebasse 8'Prestant 4'
Bourdon 8'Prestant 4'Quinte 5' 1/3'Flûte 4'
Prestant 4'Flûte 4'Prestant 4'Nazard 2'2/3
Nazard 2'2/3Doublette 2'Bombarde 16'Doublette 2'
Doublette 2'Larigot 1'1/3Trompette 8'Tierce 1'3/5
Tierce 1'3/5Flageolet 1'Clairon 4'Fourniture 3rgs (1')
Cornet 5 rgs (D)Cornet 4 rgs (D)II/PCromorne 8'
Fourniture 4 rgs (1)Cymbale 3 rgs (2/3')III/P 
Cymbale 3 rgs (1')Trompette 8'  
Trompette 8'(B+D)Tremblant  
Clairon 4' (B+D)   
Voix humaine 8'   
I/II (Tiroir)   
III/I   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

39 jeux 3 claviers et un pédalier 27 notes.

 

 


      
       
      


 

Restauration de l'orgue Xavier Mockers (1827/1830) Eglise St-Martin de Dachstein. (Réalisation en 2006)


Cet orgue construit en 1829 par la Maison Stiehr et réalisé par Mockers, est notre première restauration sur un instrument classé Monument Historique.
Son état de conservation est remarquable puisque toute la mécanique, les sommiers et la tuyauterie sont d'origine. Les seuls éléments neufs sont la façade et le clavier. Comme tous les orgues Stiehr de cette époque, il s'agit d'un instrument un peu rustique dont le pédalier est par conception bruyant, et dont le Plein Jeu n'est pas prévu pour être utilisé en tant que Plein Jeu et en tant qu'apport de brillance dans le plénum.
Le clavier a été copié sur l'orgue Mockers de Furdenheim qui est de la même année.

 l'orgue